C. Les étapes de développement d’une famille

Le nombre et la complexité des défis auxquels une famille entrepreneuriale fait face dépendent de l’étape de son développement. Typiquement, si le contrôle de la société est conservé sur plusieurs générations, la famille passe par trois étapes successives : le fondateur, la fratrie et la dynastie.

Le fondateur (première génération)

Edouard MichelinLorsque l’entreprise familiale est majoritairement détenue et dirigée par le fondateur, les défis sont limités compte tenu du nombre, lui aussi limité, des actionnaires familiaux. Toutefois, il est important de ne pas négliger les questions de formation et de préparation de la succession pour que la transition générationnelle se passe dans les meilleures conditions possibles. Le fondateur a intérêt de prévoir des réponses à ces questions en amont, d’autant plus que nul n’est assuré contre un décès accidentel : on peut se rappeler de la mort subite de Pietro Ferrero, directeur général du groupe familial homonyme, ou encore du décès d’Edouard Michelin.

La fratrie (deuxième génération)

Dans cette étape, la propriété et le contrôle de l’entreprise ont été transmis à un ou plusieurs enfants du fondateur. Le défi principal est de maintenir une harmonie entre les différentes branches de la famille en veillant à prendre en compte les intérêts divergents des parties prenantes.

La dynastie (troisième génération et les générations suivantes)

C’est au stade de la dynastie que la gouvernance familiale devient très complexe, compte tenu du nombre de générations et de branches en interaction. Il devient alors indispensable de mettre en place un certain nombre de mécanismes de gouvernance pour prévenir les conflits et éviter de perdre le contrôle de l’entreprise.

Page précédente : Définitions > Les parties prenantes

Page suivante : La gouvernance familiale : communiquer, impliquer, former