F. Le conseil de consultation

J’ai délibérément choisi de ne pas traiter les organes de gouvernance au niveau de l’entreprise familiale, les possibilités d’intervention d’un family office y étant limitées. Cependant, un aspect mérite d’être mentionné. Il arrive que la famille occupe tous les sièges au sein du conseil d’administration (notamment, lorsque cet organe ne sert qu’à remplir les obligations légales…) mais exprime une volonté d’avoir un regard externe et indépendant sur l’activité de la société. Dans cette situation, au cas où la famille ne souhaite pas faire entrer des administrateurs extérieurs dans le conseil d’administration afin de ne pas compromettre son pouvoir de décision, elle peut constituer un « conseil de consultation » : un comité d’experts indépendants de l’entreprise qui se réunit plusieurs fois dans l’année et émet des recommandations impartiales concernant la gestion de la société.

Pour que la collaboration entre le conseil de consultation et le conseil d’administration soit fructueuse, quelques règles doivent être respectées. Tout d’abord, le conseil de consultation doit être composé de véritables experts et non d’amis d’enfance du fondateur. Les compétences telles que la finance, le droit, le marketing (et autres compétences qui ne sont pas disponibles au niveau du conseil d’administration existant), la gestion d’entreprise et la connaissance du secteur d’activité dans lequel opère l’entreprise familiale sont généralement recherchées. Un représentant du family office peut également faire partie du conseil de consultation. Par ailleurs, le conseil doit disposer de toutes les informations nécessaires concernant l’entreprise ; cela veut dire que la direction doit être prête à partager ces informations qui peuvent être sensibles. Enfin, pour que les membres du conseil soient réellement impliqués et motivés, la famille a intérêt d’écouter et de suivre les recommandations émises.

Page précédente : Gouvernance > La fondation familiale

Page suivante : Les questions critiques